la Sacem et IBM créent URights pour mieux gérer les droits de la musique en ligne

La Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) a signé un accord d’une durée de 10 ans avec IBM pour essayer de différencier la collecte des droits d’auteurs pour les musiques en ligne. Diffusée en ligne, la musique est devenue difficile à gérer en termes de données.

Le but de cette initiative consiste à offrir un meilleur service aux consommateurs afin d’évoluer face à l’apparition de nouveaux adversaires et continuer l’universalisation de son activité.

Au fur et à mesure que la musique en ligne prend de l’ampleur, à travers le streaming surtout, crée de plus en plus de données qu’il faut gérer pour une meilleure répartition de droits d’auteurs.

« L’année passée, il y avait environ 982,5 milliards de téléchargement et de streaming enregistrés représentant le double de 2015, » d’après la Sacem.

L’année 2016 a été l’année où la Sacem a distribué 50 millions d’euros de droits d’auteurs pour ses membres pour ses musiques qui passent sur le numérique. Cependant, pour elle, il faut que les choses évoluent pour le suivi des nouvelles utilisations. « Nous avons jugé utile d’externaliser nos travaux pour mieux faire évoluer les choses, mais également donner accès à nos services à d’autres » détaille Jean-Noël Tronc, directeur général de la Sacem.

Grâce à la nouvelle plateforme mise en place par la Sacem et IBM il sera possible d’assurer le traitement rapide des paquets d’informations provenant des services tels que Spotify ou YouTube à la Sacem afin que les auteurs et compositeurs soient payés suivant leurs passages sur ces sites.

Mais avec le développement de cet outil, les musiciens et paroliers ou leurs représentants pourront savoir dans quel pays ils sont plus écoutés, de connaître précisément leur public en direct. Spotify a d’ailleurs créé un service identique appelé FanInsights, qui rivalise avec URights sur ce sujet. Il sera d’ailleurs possible qu’Urights crawle que le web identifie les occurrences des morceaux pour lesquels, il administre les droits d’auteurs pour mieux suivre les versements de rétribution.

Ouverture à d’autres collecteurs

La Sacem et IBM comptent sur Urights afin qu’il fournissent les résultats escomptés. Et si ceux-ci se révèlent positifs, ils ouvriront ce servir à d’autres collecteurs de droits en échange d’une rémunération.

Facebook Comments