Le groupe électro Justice dévoile son nouvel et troisième album

Le groupe de musique électronique revient avec un nouvel album funky impressionnant.

Vous vous rappelez du groupe Justice, point de tribunal ? Un tube chanté par deux français icônes de la musique électronique très écoutés mais désormais détrônés par Daft Punk. Après le lancement du chant Never Be Alone en 2003 et celui du premier album Cross en 2007, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay visitent le monde avec une touche impressionnante et inoubliable. Ils jouent l’électro salement, avec agressivité, aiguë sans omettre la touche de douceur avec de la mélodie comme Vladimir Cosma.

Cinq ans après avoir sorti Audio, Video, Disco, qui n’avait pas séduit les premiers fans, les artistes lancent leur troisième album plus calme. Au départ, Safe and Sound se présente comme une synthèse des premiers albums. « Un bon morceau d’intro qui informe l’auditeur, juge Xavier de Rosnay. Soyez les bienvenus chez Justice ; avec des airs de musique de la 20th Century Fox, qui nous explique que le film va bientôt débuté. »

Ce disque montre l’héritage de Cerrone, Giorgio Moroder, des Jackson Five et du rock des années 1970.

Dans les tubes dansants, on sent un air d’épanouissement. « Nous nous dirigeons vers des tempos moins rapides qu’auparavant, note le porte-parole du groupe. Nous exprimons notre force, notre puissance et nous nous séparons des images agressives ».

Facilité et exactitude

Dans l’album, il y a toutefois, deux titres rudes : Chorus et Heavy Metal, qui secouent quand même les oreilles les plus délicates. Des titres « prises d’otage », comme ils déclarent. « Dans un disque, il faut cela pour pousser le fan à sortir de la vague de l’album, et le faire revenir facilement.

Il est sorti hors de lui, mais son atterrissage se fait avec délicatesse. « Nous laissons la lumière à la fin du tunnel. On aime les choses excessives en musique. La majorité des chants qu’on apprécie écouter c’est à cause de la qualité harmonique qu’ils offrent. Le groupe justice a nommé son album Woman car ils considèrent que la femme est l’emblème de la justice.